THRIST Une douce valse entre Éole et Poséidon

3.07.17
de editeur

Il est 17h56 à la Blue Factory et je cherche le hall gris. Après être passée près d’une immense cheminée, droite au milieu d’un terrain vague, je rencontre une jeune fille, plutôt penchée. Tout en arrachant des feuilles mortes, dans un joli jardin improvisé, elle me présente d’un doigt tendu le hall. Puis me conseille de m’avancer. Un peu comme le festival nous le propose cette année, de nous engager, en temps, dans la rencontre, dans l’imaginaire et les chemins égarés.

Je m’engage dans les escaliers. La rumeur d’une tempête se fait entendre, elle gronde au-dessus des marches. Je presse mon pas pour assister au spectacle. Et quel spectacle… Dans une vaste salle désaffectée et bétonnée un immense écran prend place au milieu. Il nous offre le spectacle d’un océan battu par les vents avec sons et images, une sorte de valse entre Éole et Poséidon.

L’océan est en colère et la sensation dépasse le cadre fixe.

.BBI17_VOLDEMARS_JOHANSONS__THIRST_250617_MargauxKolly_002_opt

Ce plan séquence de 50 minutes nous immerge dans les remous du mouvement permanent. Face aux forces de la nature j’ai des idées de révolution, de transformation. Je me sens minuscule et grande, je flotte sur l’eau et dompte les flots comme happée par des forces contraires qui cohabitent. Même cette salle qui nous accueille, si droite dans ce béton, me semble tout à coup friable. Ce bleu profond et ces échos me touchent au plus profond de ma nature.

Alors tout comme les vagues qui tournoient, se rencontrent, se séparent, se cassent, se soulèvent, glissent et s’enlassent, se multiplient, se divisent et s’embrasent je rentre dans la danse. Je me laisse bercer par ce sensuel chaos qui touche mes entrailles.

Les idées ébouriffées je quitte la salle toute pleine de murmures et de mystères.

Je redescends les escaliers avec l’embrun au creux des lèvres, le goût du sel et l’envie d’écouter mon cœur qui gronde.

Un doux chant résonne, il me dit que la rage peut être douce, la colère poétique et la destruction créative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Tous les champs sont obligatoires.