À nous de jouer !

29.06.17
de editeur

Nous constituons un groupe de 12 personnes environ. Après avoir laissé nos sacs dans une boite en plastique, nous sommes prêts à pénétrer la Bastion. Dans un sas, nous recevons une oreillette pour entendre des enregistrements sonores d’une oreille tandis que l’autre sert à rester à l’écoute de ce qui se passe autour de nous. Equipés, nous entrons dans l’espace de jeu.

L’enseigne du Belluard s’est transformé partiellement en un lieu de science-fiction fermé sur le monde extérieur. Les anciennes poutres en bois se mêlent aux installations en plastique blanc, avec des plantes vertes en pot ainsi que des tuyaux pour les relier à l’eau. L’artifice futuriste rencontre le lieu chargé de son passé médiévale.

BBI17_machina_eX_Bastion2492_190617_MargauxKolly_06

Nous pouvons observer le quotidien d’une gardienne voué à maintenir en ordre l’équilibre de ce monde parallèle de Bastion 2492 : se lever, rapporter son état et son absence de douleur, boire, noter, rapporter l’ordre au supérieur, se coucher.

C’est là que nous entrons en compte. Nous cherchons à comprendre, à jouer le jeu, à communiquer, à brancher et à débrancher. Chacun essaie, personne ne comprend tout de suite. Il faut un certain temps et quelques conseils de la gardienne.

Bastion 2492 est une forme de théâtre participatif inspirée des jeux vidéos et des jeux coopératifs.

C’est le nous qui est sensé résoudre des énigmes. Nous sommes incités à coopérer, à nous parler et nous faire des propositions pour trouver les solutions ensemble. L’idée est belle et tout de même, pour ma part, je garde l’impression que la rencontre reste superficielle. Je voudrais comprendre pourquoi ce monde parallèle s’est mis à exister. J’ai envie d’élaborer des stratégies de coopération, d’examiner des petits détails qui pourraient éventuellement donner sens à plus grande échelle. Mais le temps passe vite. Il faut trouver les solutions des énigmes mises en place. La voix de la gardienne nous pousse à agir.

Je rentre dans l’esprit du jeu et mon cerveau commence à divaguer. J’ai des idées pour résoudre et j’imagine les exercices à venir : nous pourrions créer une chaine humaine, chanter tous ensemble et puis je nous vois grimper la tour du Belluard pour hisser le drapeau du festival ensemble. Mais à ma grande surprise c’est déjà fini. Notre gardienne a quitté la Bastion et c’est à nous de revenir dans le monde réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Tous les champs sont obligatoires.